La décomposition via l’Emeša du théonyme Arès est sans appel : ÁR(broyer)-EŠ(nombre, multitude) : « celui qui broie en nombre ou qui broie la multitude ». Elle nous rappelle le nom de l’arme hypostasiée de Ninurta, Šarur dont la traduction exacte nous donne ŠÁR.ÙR : « qui écrase ou fauche par milliers ». Une autre étymologie d’Arès nous renvoie au terme Areus : Á(puissance, force)-RE7(apporter, aller, venir)-ÚŠ(mort, sang, destruction) : « la force qui apporte la mort et le sang ou la puissance qui vient détruire ». Nous avons ici la définition parfaite du dieu de la Guerre sauvage qui est craint auprès des populations humaines. (…)

Read More